La tête de liste du parti tunisien Ennahdha lors des premières municipales, Souad Abderrahim a été élue mardi maire de Tunis, une première pour une femme en Tunisie. « J’offre cette victoire à toutes les femmes de mon pays, à toute la jeunesse et à la Tunisie », a indiqué la nouvelle élue âgée de 53 ans, qui était auparavant responsable d’une entreprise pharmaceutique. « Le premier dossier, ce sera de rendre belle Tunis », a promis Souad Abderrahim.

Mme Abderrahim, membre du bureau politique d’Ennahdha, a été élue par les nouveaux conseillers municipaux, avec 26 voix contre 22 pour son principal adversaire, Kamel Idir, tête de liste du parti Nidaa Tounès, fondé par l’actuel président Béji Caïd Essebsi.

Militante de longue date du parti Ennahdha, Mme Abderrahim avait siégé au sein du bloc Ennahdha à l’Assemblée Constituante de 2011 à 2014.

« Nous avons choisi la transparence comme slogan », a indiqué mardi lors de son élection en quantité de maire de la capitale tunisienne Mme Abderrahim, assurant à l’occasion prête à travailler avec tous les autres partis.

Sur les quatre principaux adjoints de Mme Abderrahim élus mardi, deux sont issus de la liste Ennahdha, un de Nidaa et un est indépendant.

La capitale tunisienne est confrontée à un problème de gestion des déchets, qui s’est empiré ces derniers temps.

Ces élections marquent aussi le début de la décentralisation, un projet crucial dans un pays où les municipalités étaient jusque-là dépendantes de l’administration centrale.

Notons que le parti Ennahdha était arrivé en tête dans nombre de localités lors des municipales du 6 mai, les premières depuis les évènements de 2011.

A Sfax, deuxième ville du pays et grand centre économique, un proche d’Ennahdha a également été élu maire fin juin.

Dans la capitale, Ennahdha était arrivé en tête mais sans majorité absolue, avec 21 sièges sur 60, lors d’un scrutin marqué par un fort taux d’abstention