NEW YORK (Nations unies) – Le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme, a dénoncé lundi l’adoption par le Parlement israélien de la loi sur « l’État national du peuple juif », qui définit Israël comme l’État des juifs et El-Qods occupé comme sa capitale.

« Cette loi ancre la discrimination inhérente contre les communautés non-juives, en particulier les citoyens arabes d’Israël et les résidents d’El Qods-Est occupée », et « risque d’embraser les tensions », a averti Zeid Raad Al Hussein, lors de son intervention devant le Comité des droits inaliénables du peuple palestinien, réuni au Siège de l’ONU.

M. Raad Al Hussein s’est indigné aussi de l’expansion des colonies de peuplement en Cisjordanie et à El-Qods-est occupées ainsi que les démolitions de structures (366 structures en Cisjordanie en un an, dont onze écoles).

La présumée loi a été également rejetée par le président Palestinien Mahmoud Abbas. Il a appelé la communauté internationale à intervenir et à assumer ses responsabilités en faisant pression pour bloquer cette loi qu’il juge « raciste ».