La compagnie américaine Innophos a annoncé dans un communiqué l’arrêt des achats de minerai de phosphate sahraoui, une décision constituant un nouveau revers pour le Maroc qui poursuit le pillage illégal des ressources du Sahara occidental.

“Dans le cadre de l’engagement d’Innophos à l’égard de la responsabilité sociale globale et de la bonne gestion des entreprises, Innophos ne participera plus indirectement à la chaîne d’approvisionnement en matières premières provenant de la région du Sahara Occidental en Afrique”, a indiqué la compagnie américaine dans un communiqué.

Client clé du phosphate du Sahara occidental, Innophos Holdings a cessé ses achats directs auprès de l’exportateur marocain au Sahara occidental, mais a maintenu son approvisionnement en phosphate sahraoui auprès de la compagnie canadienne d’importation de fertilisants PotashCorp, baptisée aujourd’hui Nutrien INC après sa fusion avec un autre importateur canadien Agrium INC.

“La compagnie n’a pas effectué des achats directement (du Sahara occidental) depuis trois ans”, a précisé Innophos dans son communiqué.

Par cette décision, Innophos met fin à son implication dans la commercialisation illégale des ressources sahraouies.

L’observatoire des ressources du Sahara occidental, a révélé dans son rapport 2016 sur le commerce mondial des phosphates du Sahara Occidental, que la compagnie américaine Innophos avait été un acheteur clé de phosphate provenant du Sahara occidental.

Les deux usines de Nutrien INC, et Innophos à Geismar en Louisiane sont reliées par un pipeline transportant les dérivés de phosphate.

La compagnie américaine avait admis dans son dernier rapport annuel de 2016 l’achat du minerai conflictuel à travers PotashCorp.

“Nous sommes également soumis à des risques découlant des conditions sociales et politiques locales dans les juridictions d’où provient le minerai de phosphate qui soutient nos activités”, a souligné le groupe dans son rapport.

“Le minerai de phosphate utilisée par PCS (PotashCorp) pour approvisionner en MGA (Merchant Grade Acid) notre usine de Geismar, en Louisiane est l’objet de ces conditions politiques et sociales au Sahara occidental, où

PCS s’approvisionne en minerai de phosphate, territoire qui a connu une longue histoire de bouleversements sociaux et politiques”, a-t-il constaté.

Lundi, l’Association pour la surveillance des ressources et la protection de l’environnement au Sahara occidental (AMRPENWS) a salué la décision de la compagnie américaine, qualifiant cette démarche de nouvelle victoire pour la question sahraouie.