Contrairement à ce qui a été rapporté par la presse algérienne, il n’y aurait aucun accord entre Alger et Berlin ou Alger et Rome relatif au rapatriement des migrants algériens. C’est ce qu’a déclaré, le 5 novembre, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia à l’occasion de sa rencontre à Alger avec son homologue italien Giuseppe Conte.

L’Algérie n’a conclu aucun nouvel accord ni avec l’Allemagne ni avec l’Italie relatif au rapatriement de ses ressortissants vivants dans ces deux pays de manière irrégulière. C’est ce qu’a affirmé, le 5 novembre, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue italien Giuseppe Conte, en visite d’État dans le pays.

«Il n’y a jamais eu de nouvel accord ni avec les Allemands ni avec les Italiens», a déclaré le Premier ministre algérien. «C’est le devoir de l’Algérie de récupérer ses enfants qui vivent en clandestinité dans des pays étrangers», a-t-il ajouté en précisant qu’«il y a le droit international qui régit ces opérations et il y a des accords avec des partenaires étrangers. Ces accords remontent à plus de 25 années […]».

Tout en affirmant que le problème des clandestins algériens vivants dans les pays européens a été hypertrophié par les médias, le responsable a souligné que «ce n’est pas une question cruciale comme on aime à l’interpréter». «Surtout que le nombre d’Algériens vivant en situation irrégulière en Italie [à titre d’exemple, ndlr] ne dépasse pas les 900 personnes contre 40.000 qui vivent de la façon des plus régulières», a-t-il encore soutenu, tout en précisant que les discussions avec son homologue italien sur cette question n’ont pas pris plus de 10 minutes de cette rencontre qui a duré, quant à elle, trois heures.

S’exprimant sur l’origine des chiffres importants de migrants algériens souvent cités par la presse, Monsieur Ouyahia a affirmé qu’«on a l’impression qu’ils sont beaucoup, du fait qu’il y a beaucoup de Maghrébins qui se font tous passer pour des Algériens […]».

Lors d’une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel, en visite officielle, le 17 septembre, à Alger, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a affirmé que l’Algérie accueillera tous ses ressortissants en situation irrégulière en Allemagne s’ils sont expulsés, quel que soit leur nombre.

Tout en affirmant que son pays tenait à renforcer ses excellentes relations avec l’Allemagne, M.Ouyahia a souligné que l’Algérie souhaitait «évacuer le plus tôt possible ce dossier des relations» entre les deux pays.