La Fédération de France du Front de libération nationale (FFFLN) a été à l’origine de la création de la glorieuse équipe de football du FLN en 1958 à Tunis, a affirmé, mercredi à Tizi-Ouzou, Khelifa Medderess, moudjahid et membre de cette fédération.

S’exprimant lors d’une rencontre organisée par la sûreté de wilaya à l’occasion de la célébration du 64e anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération nationale, Medderess, policier à la retraite, est revenu sur « le rôle central » de la FFFLN dans la création de la glorieuse équipe de football du FLN en 1958 à Tunis.

« C’était une décision réfléchie et décidée par la FFFLN avec le consentement de la direction de la révolution et des joueurs eux-mêmes, dont certains étaient structurés au sein de la fédération et conscients de leur devoir de prendre part au combat libérateur de leur peuple », a assuré l’ancien membre de la FFFLN.

Chose, a-t-il ajouté, qui « avait beaucoup facilité la tâche pour la concrétisation de cette action », dont les portées médiatique et diplomatique avaient constitué, a-t-il témoigné, « un séisme dans le ciel des certitudes du colonialisme ».

Ce rôle important joué par la FFFLN émanait, a-t-il soutenu, « de la composante même de son encadrement, constitué de militants aguerris, d’intellectuels, de politiciens, et de militaires, qui étaient conscients de la portée et du bénéfice qu’aura une telle initiative pour la Guerre de libération ».

Il citera, à l’occasion, Omar Boudaoued, Ali Haroun, Laaklan Keddour, Ahmed Taleb Ibrahimi et Messaoud Challal qui formaient, a-t-il estimé, « un encadrement visionnaire et stratège, qui a eu le mérite de transporter la lutte pour la libération de l’Algérie sur le territoire français ».

Une stratégie, a poursuivi Khelifa Medderess, qui a « suscité l’admiration du Général vietnamien Giap qui a combattu les colonisateurs français et américain, et qui l’a avoué au défunt président Houari Boumediene lors de sa visite en Algérie ».

En 1958, la France devait participer à la coupe du monde de Football organisée en Suède avec dans son équipe quatre joueurs algériens, Mustapha Zitouni, Rachid Mekhloufi, Abdelaziz Benteifour et Mohamed Maouche. Deux mois avant le début de la compétition, ces derniers avaient quitté clandestinement la France en compagnie d’une trentaine d’autres joueurs évoluant dans des clubs français pour rejoindre la Tunisie et créer la glorieuse équipe du FLN.